Les dernières innovations en matière de supply chain

Dans les années 70, les points de vente recevaient les marchandises directement des fournisseurs. Ce modèle nécessitait la présence d’un espace de stockage dans chaque point de vente pour entreposer les marchandises. Une dizaine d’années après, les évolutions technologiques dans le domaine informatique ont permis une meilleure communication entre les points de vente d’un unique et même commerçant. Ce changement a provoqué l’apparition des centres de distribution. Dans les années 90, la mondialisation a fait en sorte que les commerçants et les fournisseurs s’exportent dans d’autres pays. En outre, la chaîne d’approvisionnement s’est internationalisée, entrainant l’augmentation des délais d’approvisionnement et la réduction des délais de livraison. Au XXIe siècle, la digitalisation des entreprises et la technologie bousculent à nouveau les codes. Le passage à l’omnicanal et l’émergence du e-commerce forcent les commerçants à adapter leurs moyens de distribution en fonction des types de produits. Voici les dernières innovations dans le secteur du supply chain.

L’évolution du retail

Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à acheter en ligne au lieu de se rendre dans les magasins physiques. Cette situation perturbe l’environnement traditionnel du retail. Pour ne pas se faire distancer, les enseignes doivent au plus vite adapter leur mode de fonctionnement. Pour se conformer à cette tendance, il faut élaborer une stratégie e-commerce efficace. Les commerçants peuvent par exemple introduire davantage de technologies dans leurs points de vente. Les bornes digitales ainsi que les technologies mobiles dans les boutiques permettent d’améliorer l’expérience consommateur. L’écart entre les magasins et le commerce en ligne pourra ainsi être comblé. À l’instar des préparateurs de commandes qui sont connectés dans les entrepôts, les vendeurs dans les boutiques peuvent s’équiper d’un terminal connecté (tablette ou smartphone) afin d’accéder en temps réel aux informations sur la disponibilité des articles dans leur propre entrepôt ou dans d’autres sites de la région. Si leur magasin est en rupture de stock, ils peuvent vérifier la disponibilité du produit sur un autre site afin de proposer au client de procéder à la commande. Grâce à ce genre de technologie, les consommateurs bénéficient de niveaux de convenance et de services client identiques à ceux du commerce en ligne.

Les drones sont à l’aise dans les entrepôts

Si l’utilisation des drones est restreinte dans les lieux publics pour des raisons de viabilité et de sécurité, il en va autrement dans les entrepôts. Cet environnement sûr et loin du grand public permet de réaliser différentes expériences pour en connaître davantage sur leur contrôle, utilisation et capacités. Les rôles des drones dans les entrepôts sont nombreux :

  • identification des stocks ;
  • inspection des allées ;
  • transport rapide des articles légers dans l’enceinte ;
  • tri des retours.

Grâce à la technologie de scannage mobile, un drone est désormais capable de remplir certaines tâches à l’instar du scannage des codes barres pour déterminer le stock restant d’un article. Pour le moment, les drones ont besoin des humains pour fonctionner. L’étape suivante concerne leur autonomie grâce à l’intelligence artificielle. Ils seront par exemple en mesure de livrer des stocks au sein des entrepôts et chez les clients. Il s’agit d’une alternative sérieuse pour réduire les coûts et les délais de livraison. Certaines startups expérimentent déjà d’autres formes d’intelligence artificielle.

Le point sur les lunettes intelligentes ou smart glasses

Les lunettes intelligentes peuvent aider les collaborateurs dans les entrepôts en augmentant leur productivité ainsi que leur efficacité. Malheureusement, les recherches sur cette technologie ont quelque peu stagné. L’une des raisons concerne les questions de santé par rapport à leur utilisation. En effet, des maux de tête peuvent survenir en raison des changements incessants des champs de vision des utilisateurs. En outre, un entrepôt n’est pas l’environnement idéal pour cette technologie délicate. Pour qu’elles soient efficaces, les lunettes intelligentes doivent être plus résistantes. Quand elles seront au point, elles permettront aux préparateurs de commandes de montrer physiquement l’itinéraire à suivre et d’afficher le temps restant pour terminer la tâche. Bien que les précurseurs des lunettes intelligentes comme Intel et Google se désintéressent de cette technologie, d’autres firmes investissent comme Plataine ou Apple. Cette avancée figure parmi les innovations logistiques et du supply.

L’automatisation est en marche

Si l’automatisation totale n’est pas encore à l’ordre du jour, les commerçants continuent de miser sur des dispositifs et des machines qui nécessitent encore l’intervention humaine. L’automatisation met en avant les robots collaboratifs appelés également cobots au sein des entrepôts. Ces cobots travaillent près des salariés, combinant les avantages de la machine et de l’homme pour atteindre des niveaux élevés :

  • de productivité ;
  • d’efficacité ;
  • de précision.

Des recherches effectuées au MIT ont montré que l’association des travailleurs humains et robots est 85 % plus efficace que s’ils travaillent chacun de leur côté. Les cobots permettent aux entreprises de profiter à la fois de la précision de la machine et de l’expertise des salariés. Des exemples d’automatisation collaborative et des études de cas réussis existent déjà dans les entrepôts. L’exemple le plus parlant concerne les rayonnages robotisés servant à transporter les produits et les articles vers le préparateur de commandes. Cela lui évite de longs déplacements à travers les immenses entrepôts. Le travailleur bionique est un autre aspect de collaboration automatisée représentée par un salarié lié physiquement à une technologie. C’est le cas de l’affichage tête haute issu des lunettes intelligentes évoquées plus haut. La crainte que les robots remplacent les humains n’est pas totalement fondée. En effet, ils peuvent alléger ces derniers des tâches répétitives et physiques. Les humains pourront ainsi se concentrer sur des travaux plus stimulants, hautement spécialisés et à forte valeur ajoutée. Avant cette étape et le temps de résoudre les soucis de démarrage, les humains conservent le rôle d’assurance qualité pour guider les robots dans les entrepôts.

En nous contactant, vous bénéficierez de tous les détails concernant la supply chain et les innovations qui s’y rapportent. Nous disposons de l’expérience nécessaire pour vous préparer aux changements qui auront lieu dans ce domaine.

Ne manquez pas ...