Avec quelle startup française en retail collaborer ?

Le secteur du retail connaît des transformations majeures depuis plusieurs années sur toute sa chaîne de valeur. Il doit en effet faire face au développement du commerce digital. Les sociétés du retail recherchent alors des services innovants avec une forte valeur ajoutée à tous les niveaux. Cela concerne la digitalisation de la chaîne et la traçabilité jusqu’à l’après-vente. Les changements des habitudes de consommation ont entraîné l’adaptation du marché grâce à la multiplication des outils digitaux. Si en 2017 le marché s’est développé en termes de digitalisation des commerces physiques et d’expérience client, une certaine maturité est actuellement constatée. De manière générale, la cohorte a vieilli comme l’atteste le mapping RetailTech de 2019 avec plus de sortants que de nouveaux entrants. Les principales raisons de la sortie des startups s’expliquent par leur rachat ou la cessation de leurs activités. Lorsque les rachats touchaient essentiellement le secteur de l’after sales, les cessations d’activités concernaient le RetailTech en général. En revanche, certains acteurs continuent de se développer en obtenant d’importantes levées de fonds en matière de digitalisation des points de vente. C’est notamment le cas de Wynd avec 72 millions d’euros en 2019.

Les cas d’Akeneo et d’All Mol

Akeneo mise sur son logiciel pour optimiser la centralisation des informations des entreprises :

  • visuels ;
  • descriptions ;
  • produits.

La gestion de toutes ces données sont facilitées, et ce, sur tous les canaux de distribution. L’objectif de la jeune pousse est clair : informer les clients des produits disponibles en e-commerce tout en établissant une importante base de données qui servira de fichier de référence. Grâce aux 11 millions d’euros obtenus en 2016, Akeneo dispose des fonds nécessaires pour s’attaquer au marché étatsunien. Elle a également acquis la startup Sigmento qui se spécialise dans la gestion de l’information produit se basant sur l’intelligence artificielle. En ce qui concerne All Mol, elle oriente ses activités vers la billetterie en ligne. À ses débuts, la jeune pousse était prévue pour se spécialiser dans le contenu musical avec la musique caribéenne. Au fil du temps, son fondateur Sébastien Célestine a modifié sa stratégie pour se tourner vers une plateforme réservée à la billetterie en ligne. Côté financement, All Mol fonctionnait grâce aux fonds propres de son fondateur. En 2015, la startup a levé 150 000 € pour développer ses services et espère encore obtenir 200 000 €.

Du côté du Le Slip Français et de Feed

Paragraphe : <p>Comme son nom le laisse supposer, la startup Le Slip Français conçoit des sous-vêtements. Ses activités concernent également la fabrication et la distribution de ses produits. La jeune pousse maîtrise ainsi l’ensemble de la chaîne de valeur. Pour diversifier son offre, elle a lancé une gamme de prêt-à-porter pour femme et des maillots de bain. Pour conquérir le marché international, elle n’a pas hésité à ouvrir différents pop-up stores dans divers pays. Pour ce qui a trait au financement, sa dernière levée de fonds remonte à 2016 avec 8 millions d’euros. En outre, Experienced Capital Partners, fonds d’investissement spécialisé dans la mode, figure actuellement dans son capital. Côté effectif, Le Slip Français emploie 150 personnes et fabrique 500 000 pièces par an.

Pour sa part, la startup Feed propose des repas équilibrés, complets et présentés dans des formats pratiques. À l’heure actuelle, elle distribue plus de 50 recettes dans 5 000 points de vente. Sa cible concerne les personnes pressées de manger, mais qui désirent des plats sains. La croissance de la jeune entreprise en termes de chiffre d’affaires est impressionnante :

  • deux millions d’euros en 2017 ;
  • dix millions d’euros en 2018 ;
  • prés de trente millions d’euros en 2019.

Depuis le début de ses activités en 2018, Feed a réussi à lever 18 millions d’euros au total. Récemment, son CEO Anthony Bourdon désire réaliser une autre levée de fonds, mais son montant n’a pas encore été précisé.

Tour d’horizon sur Agriconomie et ActiveViam

À destination des agriculteurs, les outils élaborés par Agriconomie les aident aux prises de décisions. Des offres de financement nécessaires à la profession sont également proposées. Pour se développer davantage, la startup vient de mettre en ligne un site en Anglais. Son internationalisation est déjà sur la bonne voie, notamment en Belgique. Environ 5 ans après son lancement, Agriconomie a réalisé une importante levée de fonds de 30 millions d’euros en 2018. Quant à son chiffre d’affaires, il est à hauteur de 25 millions d’euros.

En ce qui concerne ActiveViam, son idée se base sur les technologies analytiques et de data science pour proposer une solution complète de pricing à la fois personnalisée et interactive. La jeune entreprise utilise également les insights issus des technologies d’intelligence artificielle et de machine learning. Ils servent ensuite à favoriser les marges et la compétitivité à travers un dispositif souple de règles.

Qu’en est-il d’Armis, de Cloud-Fi et d’Emersya ?                                        

Armis est une jeune pousse qui propose des solutions de digitalisation des opérations commerciales et des prospectus en se basant sur l’IA. L’objectif est de faire en sorte que les enseignes réduisent leurs coûts tout en augmentant leur chiffre d’affaires grâce au trafic en magasin. Dans ce dernier, la communication est optimisée et s’avère plus efficace.

Concernant Cloud-Fi, il s’agit d’une plateforme SaaS qui offre aux clients la pertinence et la commodité d’un site internet en magasin. Les services phygitaux ainsi que les campagnes sont personnalisés. Grâce au Wi-Fi visiteur, Cloud-Fi donne la possibilité aux retailers et aux marques de disposer d’une connaissance 360 ° des visiteurs en proposant des opérations marketing de proximité.

Pour sa part, Emersya se focalise sur l’imagerie 3D interactive e-commerce. Sa solution permet aux internautes d’animer, de visualiser et de personnaliser les produits sur tous les sites web, et ce, sans application ni plugin. La dernière innovation proposée par la startup donne l’opportunité d’essayer les produits et les articles en réalité augmentée sans devoir quitter le site web. Les clients peuvent ainsi poursuivre simultanément leur personnalisation ou leur découverte. Mis à part le secteur du retail, tous les autres domaines connaissent des révolutions comme l’innovation smartbuilding.

Si vous avez des questions ou êtes à la recherche d’informations supplémentaires en matière de retail, n’hésitez pas à nous contacter. Nous pouvons vous aiguiller sur la startup qui pourra collaborer avec vous.

Ne manquez pas ...